7 choses qui arrivent lorsqu’on arrête de manger de la viande

Il existe plusieurs raisons qui peuvent pousser une personne à adopter une alimentation végétalienne. Que ce soit la perte de poids, la compassion pour les animaux,  la réduction de chance d’avoir une maladie cardiaque, l’envie de diminuer sa médication, pour diminuer son impact écologique…il y a plein de bonne raisons !

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que j’ai  décidé de changer mon alimentation pour devenir végétalienne, et autant vous dire que je n’ai pas vu cette année passé ! Pour rien au monde je reviendrai en arrière, plus j’avance dans ce mode de vie végétal plus je comprends tout ce qui n’allais pas avant dans ma façon de m’alimenter, de vivre et de penser. C’est pourquoi je veux consacrer un maximum de mon temps via le blog et ma chaine Youtube pour vous aider à faire de même, si vous en avez envie bien sur.

Pour marquer cette première année sans produits d’origine animal, je vais vous parler des effets immédiats que l’on peut constater lorsqu’on arrête de consommer de la viande

1.Vous allez réduire les inflammations dans votre corps.

Si vous consommez de la viande, des produits laitiers et d’autres produits transformés il y a de forte chance que vous ayez des inflammations à l’intérieur de votre corps. Bien qu’une inflammation à court terme soit normale et nécessaire, comme après une blessure par exemple, une inflammation qui dure pendant des mois voir des années n’est pas du tout normale. Ce genre d’inflammation chroniques est directement associées à l’apparition de l’athérosclérose, des crises cardiaques, des accidents vasculaires, du diabète, etc.

rtemagicc_46169_artherosclerose_02_txdam36607_9dd4e4

Les effets de l’inflammation chronique :

Ses effets sont insidieux mais plus profonds qu’on ne le pense. Aux USA, elle est appelée le « tueur silencieux ». En particulier, l’inflammation chronique accélère notre vieillissement.

L’inflammation chronique favorise la dégénérescence des cellules et des tissus comme les articulations (arthrose), les parois des vaisseaux (artériosclérose), le pancréas (diabète)… Elle entraine, à la longue, une baisse des défenses immunitaires et fait le lit des maladies à composante inflammatoire (maladies cardiovasculaires, arthrites, asthme, Alzheimer, syndrome de l’intestin irritable, cancers, maladies auto-immunes, etc…). Elle augmente les taux de radicaux libres et donc l’oxydation du corps.

inflammation

A l’inverse, une alimentation essentiellement à base de plantes est naturellement anti-inflammatoire car riche en fibres, riche en antioxydants, riches en phytonutriments et très faible en déclencheurs d’inflammation (graisses et endotoxines saturés).

Endotoxines saturés = toxines libérées par les bactéries communément trouvées dans les aliments d’origine animale.

La science à prouvé, grâce à des tests en situation réelle, que les personnes qui adoptent un régime alimentaire à base de plantes réduisent considérablement leur niveau de protéine C-réactive (CRP), qui est indicateur de l’inflammation dans le corps. ( voir résultats des études ici, c’est en anglais !)

La Protéine C Réactive est un marqueur de la phase aigüe d’une inflammation, ce qui signifie que les seuils atteints en Protéine C Réactive lors d’une analyse de sang, répondent à un certain degré d’inflammation. La Protéine C Réactive est produite par le foie et son taux est mesuré par une analyse de sang.

 

2.Votre taux de cholestérol sanguin va chuter.

L’hypercholestérolémie est un facteur de risque majeur pour les maladies et accidents cardiaques. Les graisses saturés, principalement trouvés dans les viandes, les volailles, les fromages et autres produits animaux jouent un rôle clé sur le cholestérol sanguin.

Il y a environ 60 000 crises cardiaques en France chaque année. Le nombre de personnes qui meurent par infarctus en France représente environ 14 personnes par jour, soit 2400 décès par an.

xepfw3bu-istock-000015161992xsmallNous savons aujourd’hui, que toute personne passant d’une alimentation omnivore à une alimentation végétale voit son taux de cholestérol sanguin baissé jusqu’à 35%. (cela ne s’applique pas à certain cas, c’est systématique !). Dans de nombreux cas, l’amélioration constaté est équivalente à celle d’une longue période de médication mais sans les effets négatifs et secondaires qui l’accompagne. Que du positif ! Même les personnes ayant actuellement besoin de médicaments anti-cholestérol peuvent encore réduire leur taux de cholestérol et de leurs risques d’accidents cardiovasculaires en adoptant une alimentation végétale, il n’est JAMAIS TROP TARD.

Les aliments complets végétaux (pommes de terre, fruits, légumes, riz complet, sarrasin, quinoa, etc) réduisent le taux de cholestérol car ils sont très faible en graisses saturés et contiennent zéro cholestérol. Sans oublier que ce type d’alimentation est riche en fibres ce qui réduit encore le taux de cholestérol sanguin.

Pour ceux qui n’ont rien contre  le soja dans leur alimentation végétale, il  joue aussi un rôle dans la diminution du cholestérol.

3.Vous allez donner une cure de jouvence à votre microbiome.

Microbiome = ensemble des microbiotes (micro-organismes) peuplant notre corps.

Les milliers de milliards de micro organismes vivant dans notre corps sont collectivement appelés le microbiome. De plus en plus ces micro organisme sont reconnus comme étant essentiels à notre santé globale: non seulement ils nous aident à digérer nos aliments mais ils produisent des nutriments essentiels, veillent à la réactivité de notre système immunitaire, activent et désactivent certains gènes, veillent à la santé de nos tissus intestinaux et nous protègent des cancers. Ils jouent aussi un rôle dans l’obésité, le diabète, l’athérosclérose, les maladies auto immunes, les maladies intestinales inflammatoires et les maladies du foie.

Les aliments végétaux contribuent à façonner un microbiome intestinal sain. Les fibres dans les aliments végétaux favorisent la croissance des bonnes bactéries dans nos intestins. Il faut savoir qu’ une alimentation pauvre en fibre ( riches en produits laitiers, en œufs et en viandes) favorise la prolifération des mauvaises bactéries dans nos intestins.

Lorsque l’on mange de la choline et de la carnitine (présent dans la viande, la volaille, les produits laitiers et les œufs) les bactéries intestinales fabrique une substance qui est transformé par le foie en produit toxique appelé OTMA (triméthylamine N-oxyde). L’OTMA conduit à l’aggravation des plaques de cholestérol dans nos vaisseaux sanguin et aggrave fortement le risque de crise cardiaque et d’AVC.

microbes1

Des auteurs américains ont décrit un nouveau mécanisme conduisant au développement de l’athérosclérose. Ce mécanisme repose sur la formation de OTMA, triméthylamine-N-oxyde, à partir de la carnitine et de la choline d’origine alimentaire, la flore intestinale  jouant un rôle déterminant. Ces données sont publiées principalement dans 2 articles.

L’article le plus récent publié dans Nature Medicine online le 7 avril 2013, est intitulé « Intestinal microbiota metabolism of L-carnitine, a nutrient in red meat, promotes atherosclerosis » ; l’article précédent publié dans Nature en 2011 est intitulé « Gut flora metabolism of phosphatidylcholine promotes cardiovascular disease ».

Ces 2 articles montrent que la choline et la carnitine d’origine alimentaire sont transformées par la flore intestinale en triméthylamine. Cette dernière est absorbée par le tube digestif et ensuite métabolisée par le foie sous l’influence de flavines mono-oxygénases, FMO, en triméthylamine-N-oxyde, OTMA, produit athérogène.

Ils l’ont démontré en donnant carrément de cet OTMA à des souris : 15 jours plus tard, les pauvres bestioles affichaient un dépôt de cholestérol record dans leurs artères.

Ce qui est inquiétant, c’est que cette L-Carnitine est vendue en gélules « brûle graisses » et souvent boulottée non seulement par bien des fans de muscu pour augmenter leur masse musculaire et éliminer la graisse mais aussi par celles qui veulent à tout prix perdre du poids.

Une expérience intéressante à été faite, il a été constaté que les personnes consommant que des aliments végétaux en temps normale ne produisent que très peu voir pas du tout de OTMA après avoir manger de la viande car ils ont un microbiome intestinal totalement différent ! Il ne faut que quelques jours pour que notre microbiome intestinal change, les bénéfices d’une alimentation végétale se feront assez rapidement, et vous le sentirez.

4.Vous allez changer la façon dont vos gènes fonctionne !

Les scientifiques ont fait la remarquable découverte que les facteurs environnementaux et le mode de vie peuvent activer et désactiver les gènes. Par exemple, les antioxydants et autres nutriments que nous consommons dans les aliments végétaux entiers peuvent changer l’expression de nos gènes afin d’optimiser la façon dont nos cellules réparent l’ADN endommagé.

La recherche à également montré que les habitudes de vie, incluant un régime alimentaire à base d’aliments végétaux entiers peuvent diminuer l’expression des gènes du cancer de la prostate, chez les hommes prédisposer. Une alimentation végétale allonge nos télomères, ce sont les bouchons à la fin de nos chromosomes qui aident à maintenir notre ADN stable. Cela signifie que nos cellules et nos tissus vieillissent plus lentement, des télomères plus court étant associés au vieillissement et à la mort précoce.

dna-163466_960_720

5.Vous allez réduire drastiquement vos risques d’avoir un diabète de type 2

On estime que 5% de la population française souffre du diabète, soit plus de 3 millions de personnes. A cela s’ajoute le nombre de personne non diagnostiqué ou non traité. Dans 90% des cas il s’agit d’un diabète de type 2.

Principaux faits

  • Le nombre des personnes atteintes de diabète est passé de 108 millions en 1980 à 422 millions en 2014.
  • La prévalence mondiale du diabète chez les adultes de plus de 18 ans est passée de 4,7% en 1980 à 8,5% en 2014.
  • Le diabète est une cause majeure de cécité, d’insuffisance rénale, d’accidents cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux et d’amputation des membres inférieurs.
  • En 2012, on a estimé que 1,5 million de décès étaient directement dus au diabète et que 2,2 millions de décès supplémentaires devaient être attribués à l’hyperglycémie.
  • Près de la moitié des décès dus à l’hyperglycémie surviennent avant l’âge de 70 ans.
  • L’OMS prévoit qu’en 2030, le diabète sera la septième cause de décès dans le monde.

Études après études il a été prouvé que les protéines animales, plus particulièrement celle de la viande rouge et des viandes transformées, sont directement liées à l’augmentation du risque d diabète de type 2.

Pourquoi la viande cause le diabète de type 2 ? Il y a plusieurs raisons à ça : la graisse animale, le fer héminique que l’on retrouve dans la viande (causant aussi le cancer colorectal), les nitrates utilisées comme conservateur dans la viande qui endommagent les cellules pancréatiques et aggravent les inflammations déjà présente dans votre corps. Sans oublier le fait que ce genre d’aliment favorise la prise de poids et perturbent le fonctionnement de notre insuline.

Pour toutes ces raison et encore plein d’autres, vous diminuez considérablement vos risques d’avoir un diabète de type 2 en laissant les produits d’origines animales hors de votre assiette et de remplir celle ci d’aliment végétaux entiers (fruits, légumes, légumes racines, céréales complètes, oléagineux et graines). D’autant plus si vous mangez des céréales entières qui sont très puissantes pour vous protéger contre la  diabète de type 2. Oui vous avez bien lu, les glucides entiers vous protègent efficacement du diabète ! Si vous avez déjà été diagnostiquer, sachez qu’il n’est pas trop tard une alimentation végétale améliore et inverse cette maladie peut importe votre stade.

6.Vous allez avoir les bonnes quantités et surtout les bonnes sources de protéines.

Il faut savoir que lorsque l’on consomme de la viande régulièrement on obtient bien plus de protéines (protéines animales) qu’il nous ne faut en réalité. Contrairement aux croyances populaires, un surplus de protéines ne nous rend pas plus fort ou plus mince. L’excès de protéines est stocké sous forme de graisse ou transformé en déchets de plus comme nous l’avons vu précédemment les protéines animales sont une causent majeures de la prise de poids, des maladies cardiaques, le diabète, d’inflammation et de cancer.

Tout ça alors que nous avons accès à des protéines végétales qui nous protègent de nombreuses maladies chroniques. Pas besoin de surveiller votre ration de protéine ou de prendre des suppléments de protéines en poudre lorsque vous manger une alimentation végétale, du moment que vous mangez à votre faim de façon à atteindre vos besoins énergétique quotidien vous aurez la quantité de protéines adéquate.

Les personnes ayant une longévité remarquable dans le monde ne consomme que 10% de leur calories total en protéine, alors que dans nos pays occidentaux nous sommes à 20% voir bien plus parfois.

13920844_298667390486050_4452401514415474106_n

7. Vous allez faire un énorme impact sur la santé de notre planète et celle de ses habitants.

L’agriculture animale est extrêmement destructrice pour notre planète. C’est le plus important contributeur aux émissions de gaz à effet de serre, c’est aussi un très gros consommateur d’eau et de surface, ce qui pousse à la déforestation et la destruction de la faune et l’extinction de beaucoup d’espèces.

14355629_328446857508103_3535166146148953038_n

De plus d’ici 2050 nos océans seront totalement dépourvu de poissons . En 2025 il y aura une tonne de poisson pour trois tonnes de plastiques dans nos mers, en 2050 il n’y aura plus que nos déchets…Nous en sommes à 150 millions de tonnes de plastiques qui flotte  dans les océans aujourd’hui.

Le système alimentaire actuel, basé essentiellement sur la viande et les produits laitiers contribue également à la faim dans le monde, la majorité des céréales cultiver dans le monde est destinées aux bétails, alors qu’elle pourrait nourrir les populations souffrant de famine et de malnutrition…

13312852_269575986728524_3888767092724717838_n

Un autre point important que l’on oublie souvent, les animaux sont des êtres sensibles , qui souffrent qu’ils soit en élevages intensif ou en élevage dit « bio ».

Être végétalien ce n’est pas qu’une question de santé et de nutrition, c’est faire le choix d’une vie pleine de compassion pour tout les autres terriens avec qui nous vivons, c’est prendre conscience que nos choix affectent la planète et la santé de tout ceux avec qui nous la partageons.

13558639_1220199131353057_308006962098438236_o


Sources:
Barbaresko, J., Koch, M., Schulze, M., & Nöthlings, U. (2013). Dietary pattern analysis and biomarkers of low-grade inflammation: A systematic literature review. Nutr Rev Nutrition Reviews, 511-527.
Barnard, N., Levin, S., & Trapp, C. (2014). Meat Consumption as a Risk Factor for Type 2 Diabetes. Nutrients, 897-910.
Bøhn, S., Myhrstad, M., Thoresen, M., Holden, M., Karlsen, A., Tunheim, S., . . . Blomhoff, R. (n.d.). Blood cell gene expression associated with cellular stress defense is modulated by antioxidant-rich food in a randomised controlled clinical trial of male smokers. BMC Medicine BMC Med, 54-54.
David, L., Maurice, C., Carmody, R., Gootenberg, D., Button, J., Wolfe, B., . . . Turnbaugh, P. (2013). Diet rapidly and reproducibly alters the human gut microbiome. Nature, 559-563.
Dean, E., & Gormsen Hansen, R. (2012). Prescribing Optimal Nutrition and Physical Activity as “First-Line” Interventions for Best Practice Management of Chronic Low-Grade Inflammation Associated with Osteoarthritis: Evidence Synthesis. Arthritis2012, 1-28. doi:10.1155/2012/560634
Ferdowsian, H., & Barnard, N. (n.d.). Effects of Plant-Based Diets on Plasma Lipids. The American Journal of Cardiology, 947-956.
Goldsmith, J., & Sartor, R. (2014). The role of diet on intestinal microbiota metabolism: Downstream impacts on host immune function and health, and therapeutic implications. Journal of Gastroenterology J Gastroenterol, 785-798.
Halkjær, J., Olsen, A., Overvad, K., Jakobsen, M. U., Boeing, H., Buijsse, B., … Tjønneland, A. (2010). Intake of total, animal and plant protein and subsequent changes in weight or waist circumference in European men and women: the Diogenes project. Int J Obes Relat Metab Disord35(8), 1104-1113. doi:10.1038/ijo.2010.254
Huang, T., Yang, B., Zheng, J., Li, G., Wahlqvist, M. L., & Li, D. (2012). Cardiovascular Disease Mortality and Cancer Incidence in Vegetarians: A Meta-Analysis and Systematic Review. Annals of Nutrition and Metabolism60(4), 233-240. doi:10.1159/000337301
Jenkins, D. (2003). Effects of a Dietary Portfolio of Cholesterol-Lowering Foods vs Lovastatin on Serum Lipids and C-Reactive Protein. JAMA, 502-502.
Menke, A., Casagrande, S., Geiss, L., & Cowie, C. (2015). Prevalence of and Trends in Diabetes Among Adults in the United States, 1988-2012. JAMA, 1021-1021.
Ornish, D., Magbanua, M., Weidner, G., Weinberg, V., Kemp, C., Green, C., . . . Carroll, P. (2008). Changes in prostate gene expression in men undergoing an intensive nutrition and lifestyle intervention. Proceedings of the National Academy of Sciences, 8369-8374.
Ornish, D., Lin, J., Chan, J., Epel, E., Kemp, C., Weidner, G., . . . Blackburn, E. (n.d.). Effect of comprehensive lifestyle changes on telomerase activity and telomere length in men with biopsy-proven low-risk prostate cancer: 5-year follow-up of a descriptive pilot study. The Lancet Oncology, 1112-1120.
Tonstad, S., Butler, T., Yan, R., & Fraser, G. (2009). Type of Vegetarian Diet, Body Weight, and Prevalence of Type 2 Diabetes. Diabetes Care, 791-796.
Pan, A., Sun, Q., Bernstein, A. M., Manson, J. E., Willett, W. C., & Hu, F. B. (2013). Changes in Red Meat Consumption and Subsequent Risk of Type 2 Diabetes Mellitus. JAMA Internal Medicine173(14), 1328. doi:10.1001/jamainternmed.2013.6633
Sutliffe, J., Wilson, L., Heer, H., Foster, R., & Carnot, M. (n.d.). C-reactive protein response to a vegan lifestyle intervention. Complementary Therapies in Medicine, 32-37.
Tonstad, S., Butler, T., Yan, R., & Fraser, G. (2009). Type of Vegetarian Diet, Body Weight, and Prevalence of Type 2 Diabetes. Diabetes Care, 791-796.
Van Nielen, M., Feskens, E. J., Mensink, M., Sluijs, I., Molina, E., Amiano, P., … Wareham, N. J. (2015). Erratum. Dietary Protein Intake and Incidence of Type 2 Diabetes in Europe: The EPIC-InterAct Case-Cohort Study. Diabetes Care 2014;37:1854–1862. Diabetes Care38(10), 1992.3-1992. doi:10.2337/dc15-er10b
Publicités

12 réflexions sur “7 choses qui arrivent lorsqu’on arrête de manger de la viande

  1. Merci pour cet article très intéressant comme toujours. Petite question : as-tu fait passer tes proches au vegan ? Je me permets de te poser la question car je rêve de ne consommer que vegan (je le fais lorsque je suis seule, j’adore, ces repas sont très régénérants), mais avec mon ado et mon mari c’est archi dur et je ne veux pas le leur imposer….

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Roseline, ma maman est végétarienne elle consomme des produits laitiers, ma sœur est végétalienne, mon homme est végan et ma belle mère est végétarienne. Mes proches sont assez respectueux et intéresser dans l’ensemble mais mise à part répondre à leur questions et inquiétudes je ne peut pas faire la transition pour eux. C’est une démarche très personnelle, il faut en avoir envie et être prêt aussi. Pour certaines personnes cela peut être très long, pour d’autres c’est quasi immédiat. Je saisie chaque occasion que j’ai de cuisiner pour eux pour leur montrer toutes les possibilités du véganisme, ça permet au cours du repas d’en parler aussi un peu.
      Comme tu le dit très bien ça ne s’impose pas, c’est un choix et pour aider à faire ce choix il faut avoir beaucoup d’info en main, les documentaires comme Earthlings, La santé dans l’assiette, les reportages de L214 aide beaucoup. Le but n’étant pas de dégouter les personnes mais de leur montrer ce qu’on leur cache à coup de pub et emballage bien propre. D’en parler un peu après 🙂

      J'aime

  2. Génial ton article !

    J’ai été végétarienne avec un très mauvais régime alimentaire, j’ai eu énormément de carence en fer et de problème de santé étant ado. Aujourd’hui, j’ai réduit ma consommation de viande et me renseigne de plus en plus pour avoir un bon apport énergétique. J’adopte quelques mode de vie vegan et écologique (exit le lait de vache, place au lait d’avoine, achat de produit bio et frais…).
    Mais ce n’est pas simple quand on a un copain carniste et fan de muscu … Heureusement, il accepte mes choix et il est écolo aussi alors je gagne beaucoup de bataille pour changer nos habitudes alimentaires, surtout quand je lui montre quelques chiffres haha :p

    Aimé par 1 personne

  3. « Si vous avez déjà été diagnostiquer, sachez qu’il n’est pas trop tard une alimentation végétale améliore et inverse cette maladie peut importe votre stade. » …
    Attention à ce raccourci. Le régime vegan ou la diminution de consommation de viande (rouge surtout) contribue à prévenir les risques du diabète de type 2 (donc quand on est pas encore diabétique).

    En revanche la maladie ne « s’inversera » pas si elle est déjà installée.

    Les effets d’une alimentation vegan ne seront pas les mêmes selon le type et le stade de diabète de la personne.
    Je suis moi-même diabétique et supprimer ma consommation de viande n’influe aucunement sur mes glycémies.

    Je pense effectivement qu’il ne faut pas initier ce type de régime uniquement pour cette raison, cela doit correspondre à un changement de vie global et à des convictions, comme vous l’expliquez bien dans cet article.

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Anja,
      Le passage que tu cites de mon article est mal expliqué, j’aurais du préciser un peu plus en effet. Ce sont les graisses (animales et végétales) qui empêchent l’action de l’insuline. Étonnamment, les hydrates de carbones (glucides complexes) stimulent l’activité de l’insuline, diminuant de ce fait le taux de sucre dans le sang permettant au diabétique de se sentir mieux. es deux formes de diabète, adulte et juvénile, sont rares dans les régions du monde où l’alimentation des personnes est basée sur des féculents.
      Les complications liées au diabète (de tout type) sont les conséquences d’une alimentation trop riche pour un corps déjà affaibli.
      Une personne diabétique ne peut supporter une alimentation néfaste ou palier aux dommages qu’elle cause aussi bien qu’une personne lambda. Réfléchissez à comment une petite infection à l’orteil d’un diabétique peut très vite s’aggraver au point où l’amputation du pied ou de la jambe sont nécessaires. L’athérosclérose peut progresser beaucoup plus vite chez un diabétique.
      L’athérosclérose est très rare dans les quelques cas de diabète trouvés dans les pays d’Afrique et d’Asie où l’alimentation est en majorité faite de féculents.
      Les recommandations du Docteur McDougall pour les personnes souffrant du diabète sont les suivantes :  » Ne prenez jamais de médicaments hypoglycémiants oraux car ils augmentent votre risque de mortalité. Changez pour une alimentation faible en matière grasse et riche en glucides (féculents, légumes et environ 3 fruits par jour). Si vous êtes obèse, perdez du poids, cela vous permettra d’être en meilleure santé et de mieux contrôler votre glycémie. Vous devrez également être actif physiquement. Pratiquez un sport léger, en plus de vous aider à perdre du poids, cela améliorera la fonction de votre insuline.
      Les diabétiques de type 1 continueront à avoir besoin d’insuline ! Si un diabétique de type 1 arrêtait ses prises d’insuline il développerait vraisemblablement une acidocétose et tomberait dans un coma et mourrait rapidement. L’insuline dans cette maladie est vitale, car ces diabétiques n’en produisent plus du tout.
      Les diabétiques de type 2 auront besoin d’insuline s’ils souffrent d’une perte de poids trop rapide, de grosses sensations de soif et d’envies d’uriner trop fréquentes. Dans ce cas là, la question d’un meilleur contrôle, signifiant moins de complication, n’a pas encore été réglé. La meilleure des choses à faire sera de garder une glycémie stable. Mais le taux de sucre dans le sang ne doit pas être contrôlé au point de passer la barre limite minimum car le diabétique courrait le risque d’une hypoglycémie préjudiciable par un zèle d’utilisation de son insuline. Plus spécifiquement pour les dommages oculaires que peuvent induire une glycémie trop basse. Votre glycémie , si vous prenez de l’insuline, devra être maintenue de 150 mg/dl à 300 mg/dl de sang.
      Les gens diabétiques sont habituellement des experts avec leur traitement et ont rarement des difficultés à en apporter des modifications. En règle générale, je fais arrêter le traitement de mes patients le jour même où ils commencent La Starch Solution. Les diabétiques de type 2 devront au moins réduire leur insuline de moitié. Ils se verront réduire d’eux-mêmes (et rarement augmenter) leur prise d’insuline chaque jour, selon leur niveau de glycémie et/ou de sucre dans les urines. Si le sucre dans vos urines est entre 0 et 1+ toute une journée, une baisse de 5 unités sera probablement proposée par votre docteur pour le lendemain. Si vous avez une réaction hypoglycémique, alors en tant que diabétique de type 2, vous devrez diminuer votre dosage encore plus (10 à 20 unités) et probablement que votre docteur vous dira de l’arrêter totalement. La glycémie peut aussi être utilisée pour contrôler le dosage d’insuline. Il vous faudra maintenir votre sucre sanguin entre 150 mg/dl et 350 mg/dl durant votre transition alimentaire (Un niveau élevé est plus sûr qu’un niveau bas de sucre sanguin). J’ai vu certains diabétiques de type 2 diminuer leur dosage de plus de 75 à 180 unités d’insuline NPH en moins de 3 jours de Starch Solution accompagnée d’une peu d’exercice. Faites attention à bien abaisser votre dosage rapidement si nécessaire. Ayez du sucre (bonbon) avec vous pour toutes réactions hypoglycémiques subites.
      Les diabétiques de type 1 diminueront leur dosage d’insuline de 30% en commençant le programme, pour ensuite faire des réajustements selon les tests de glycémie et de sucre dans les urines. En général, il est plus sur de ne pas abuser du traitement avec une hausse de la glycémie, plutôt que de se surmédicamenter ce qui entraînerait une hypoglycémie qui cause des sueurs, une confusion puis un coma. . »
      Voilà j’espère avoir éclairci ce point mal expliqué.
      Merci beaucoup pour ton commentaire, belle fin de journée 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s