Les sucres artificiels sont inutiles et dangereux

Notre vie sur terre débute avec le lait maternel, un aliment qui est constitué à moitié de sucre. Le sucre sous sa forme simple et complexe, tel qu’il est présent dans les glucides complexe entier, les légumes et les fruits, constitue idéalement l’essentiel de notre régime alimentaire pour les 83 prochaines années de notre vie (après le sevrage). L’industrie alimentaire est bien consciente de notre amour innée pour le sucré. C’est pourquoi ils incorporent dans tout leurs produits alimentaires  des sucres concentrés et raffinés, tels que le fructose et le saccharose (sucre de table blanc) ce qui peu représenter jusqu’à 71 kilos par personne par an. Avec le succès croissante du sucre, les problèmes d’obésité, de diabète, de maladie cardiaque et de carie dentaire sont devenus plus courants dans les sociétés occidentales au cours du siècle dernier. La croyance que le sucre joue un rôle majeur dans la prise de poids a conduit au développement de produits alimentaires intensément sucrés, sans sucre et sans calories. De nos jours jusqu’à 90% des personnes vivant aux États-Unis consomment  des boissons et des aliments contenant des substituts de sucre.

Les édulcorants artificiels, comme on les appelle communément, entrent dans deux catégories générales : les alcools de sucre qui contiennent en moyenne 2 calories par gramme (contre 4 calories par gramme pour les sucres raffinés) et les édulcorants non nutritifs (à 0 calories / gramme). Selon l’American Dietetic Association,

« les édulcorants non nutritifs sont sans danger pour une utilisation conforme aux règlements approuvés. Ils peuvent augmenter la palatabilité des fruits, des légumes et des pains / céréales entiers et ainsi augmenter la densité nutritionnelle du régime tout en favorisant des apports énergétiques plus faibles. »

Cette affirmation pourrait être vraie si les sucres raffinés étaient totalement remplacés mais ce que les gens font couramment c’est d’ajouter des édulcorants artificiels à leur régime déjà chargé de sucre.

sweet


Pas de substitut pour le vrai sucre.

Le sucre apporte plus de douceur, il ajoute de l’humidité, de la masse, une texture plus légère et plus moelleuse ainsi qu’une belle coloration brune aux produits de boulangerie, alors que les édulcorants ou les sucres artificiels n’ont pas ces qualités de cuisson. Ces édulcorants artificiels sont décrits comme étant trop sucrés, ayant un goût chimique ou amer et ayant des arrière-goûts forts, ils semblent également bloquer d’autres saveurs des aliments avec lesquels ils sont utilisés. Comme aucun de ces édulcorants n’offre le même goût et la même cuisson que le vrai sucre, de nouveaux édulcorants artificiels continuent d’être élaborés mais jusqu’à présent, personne n’est devenu un substitut du sucre acceptable pour certains chefs et consommateurs.

Une brève histoire des édulcorants artificiels:

Le premier édulcorant artificiel, la saccharine, a été synthétisé en 1879. Il est devenu populaire en raison de son faible coût de production au moment des pénuries de sucre pendant les deux guerres mondiales. Après ces guerres, quand le sucre redevint disponible et peu coûteux, les raisons de l’utilisation de la saccharine passèrent de l’économie à la santé (réduction des calories principalement). Dans les années 1950, le cyclamate a été introduit, et Sweet ‘N Low est devenu un mélange populaire d’un mélange de saccharine et de cyclamate. Le marché des édulcorants artificiels a été ébranlé dans les années 1970 lorsque la FDA (Food and Drug Administration) a banni le cyclamate de tous les aliments diététiques aux États-Unis en raison d’un risque de cancer chez les animaux expérimentaux (d’autres pays autorisent encore le cyclamate). En 1981, le prochain édulcorant artificiel, l’aspartame, commercialisé sous le nom de Nutra-Sweet, est devenu populaire. Depuis lors, plusieurs nouveaux édulcorants non nutritifs ont été introduits avec la promesse d’être plus comme du vrai sucre avec peu de calories.

Histoire de chacun de ces édulcorants : découverte, autorisation…

Cyclamate :

1937 : Découverte du cyclamate

1954 : Autorisation de la mise sur le marché du cyclamate

1969 : Interdiction du cyclamate aux USA

1984 : Déclaration de l’innocuité du cyclamate par la FDA et ré-autorisation aux USA

Saccharine :

1879 : Découverte de la saccharine

1977 : Proposition par la FDA de l’interdiction de la saccharine aux USA

1991 : Interdiction de la saccharine retirée mais obligation d’afficher un message d’avertissement sur les produits contenant de la saccharine aux USA

1995 : Déclaration de l’innocuité de la saccharine par l’EFSA

2000 : La saccharine est désignée « sûre » aux USA, suppression de l’obligation d’avertissement

Aspartame :

1965 : Découverte de l’aspartame

1974 : Première autorisation de mise sur le marché de l’aspartame aux USA

1974 : Quelques mois après, interdiction de l’aspartame aux USA

1981 : Seconde autorisation de l’aspartame aux USA

1988 : Autorisation de l’aspartame en France

1994 : Déclaration de l’innocuité de l’aspartame par l’EFSA

Acésulfame K :

1967 : Découverte de l’acésulfame K

1983 : Autorisation de l’acésulfame K en France

1988 : Autorisation de l’acésulfame K aux USA

1994 : Déclaration de l’innocuité de l’acésulfame K par l’EFSA

Sel d’aspartame et d’acésulfame K :

1995 : Découverte du sel d’aspartame et d’acésulfame K

2000 : Déclaration de l’innocuité du sel d’aspartame et d’acésulfame K par l’EFSA

2003 : Autorisation du sel d’aspartame et d’acésulfame K en France

Sucralose :

1976 : Découverte du sucralose

2000 : Déclaration de l’innocuité du sucralose par l’EFSA

2004 : Autorisation du sucralose en France

Néotame :

1991 : Découverte du néotame

2007 : Déclaration de l’innocuité du néotame par l’EFSA

Thaumatine :

1840 : Premier témoignage d’utilisation de la thaumatine

1988 : innocuité de la thaumatine par l’EFSA


Les édulcorants artificiels aident très peu de gens à perdre du poids.

L’avantage des édulcorants artificiels pour la perte de poids est remis en question pour plusieurs raisons. Premièrement, comme indiqué dans le document de position de l’American Dietetic Association, «les preuves existantes ne soutiennent pas l’affirmation selon laquelle les régimes riches en édulcorants nutritifs (vrais sucres) ont provoqué une augmentation des taux d’obésité ou d’autres maladies chroniques (par exemple hyperlipidémie, diabète les caries dentaires, les troubles du comportement). » Le sucre semble être, tout au plus, un acteur mineur en tant que cause de l’obésité et des problèmes de santé connexes ; par conséquent, le remplacement par un sucre artificiel devrait entraîner peu d’avantages.

D’autres composants de l’alimentation tels que les graisses, les huiles, les viandes et les produits laitiers sont les principaux fardeaux de santé, pas le sucre. Pensez à la dernière fois que vous avez vu une personne obèse faire la queue au comptoir de votre restaurant de restauration rapide préféré. Est-ce qu’il / elle a commandé un soda ? Bien sûr ! Si le fait de commander (toujours) ce genre de boisson artificiellement édulcorée faisait vraiment toute la différence alors ce genre de client n’aurait pas de soucis de surpoids. Le soda est la pénitence pour le vrai péché qui est le repas surdimensionné, arrosé par ce soda.

obese-3011213_960_720

Seules quelques études ont été réalisées pour tester la valeur du remplacement du sucre par des édulcorants artificiels et elles ont été réalisées dans des conditions expérimentales très contrôlées. Ces études montrent des avantages minimes s’exprimant par une perte de poids à long terme de seulement 6 à 10 kilos en un an. Cependant, les expériences contrôlées ne représentent pas la vie réelle. L’obésité à travers le monde a augmenté en même temps que la consommation d’édulcorants non nutritifs, en partie parce que la plupart des gens ajoutent simplement ces édulcorants non nutritifs sans améliorer leur régime alimentaire globale ni leur mode de vie.


Les édulcorants nous font manger plus.

Les avantages de l’utilisation d’édulcorants artificiels sont limités, en partie, parce qu’ils n’offrent pas la même capacité à satisfaire la faim que le sucre blanc. En conséquence, nous sommes à la recherche de nourriture plus riche et nous accompagnons notre soda avec notre  friandise préférée (faite avec du vraie sucre). Il existe aussi des preuves que les édulcorants artificiels peuvent augmenter l’appétit.

La stimulation gustative prolongée et intense provoque l’adaptation du goût. Un déclin graduel de l’intensité du goût et de la stimulation, par lequel les papilles gustatives et le cerveau deviennent moins sensibles à la prochaine dose de substance sucrée. En peu de temps, un sirop de maïs à haute teneur en fructose (glucose fructose) de 300 calories ne nous fournit plus ce coup de fouet que nous procure le vraie sucre. Maintenant, pour obtenir le même plaisir, deux bouteilles de soda sont nécessaires, puis trois … Parce que les édulcorants artificiels sont 200 à 13 000 fois plus sucré que le sucre, leur stimulation intense peut rapidement et profondément désensibiliser les mécanismes de satisfaction de l’appétit.

hunger-413685_960_720

Dans une étude récente, quatorze étudiantes ont reçu trois boissons différentes: de l’eau, de la limonade contenant du sucre (330 calories supplémentaires) et une limonade similaire à base d’aspartame. Leur apport quotidien en calories et leur nourriture a été relevé. Peu importe la boisson qu’elles ont bu le premier jour, elles ont consommé le même nombre de calories. Le corps s’est ajusté et aucun mal n’a été trouvé au sucre ajouté et aucun avantage n’a été vu avec l’édulcorant d’aspartame sans calorie. Ce qui était le plus révélateur était ce qui s’est passé le jour suivant. Après avoir consommé de leur limonade avec de l’aspartame, les étudiantes ont consommé beaucoup plus d’énergie (en calories) le lendemain que celles qui ont consommé de l’eau ou de la limonade contenant du sucre. L’édulcorant artificiel a stimulé leur appétit et elles ont mangé plus le lendemain.


Les édulcorants artificiels causent-ils des problèmes de santé ?

Les édulcorants artificiels ont été accusés de causer le cancer, la perte de cheveux, la dépression, la démence, les maux de tête, les maladies auto-immunes et les troubles du comportement. Cependant, le consensus scientifique est qu’ils sont acceptables dans le cadre d’un régime et sans danger. (Une exception notable concerne l’utilisation de l’aspartame pour les personnes atteintes d’une maladie rare appelée phénylcétonurie-PCU.) Un certain niveau de scepticisme quant à leur innocuité devrait être maintenu car quelques personnes réagissent négativement à ces produits chimiques, les recherches sur leur sécurité sont loin d’être complètes et les intérêts financiers ont indubitablement entaché la vérité. De plus en combinant de nombreux édulcorants différents dans un aliment, les fabricants peuvent s’assurer que leurs produits ne dépassent pas les niveaux potentiellement toxiques d’un seul édulcorant. On n’a pas suffisamment étudié si ces substances chimiques potentialisaient les effets toxiques et cancérogènes de l’une et de l’autre.

anatomical-2261006_960_720

À partir des années 1970, des études animales ont révélé un excès de risque de cancer de la vessie chez les rongeurs traités avec des doses extrêmement élevées de saccharine. Après trois décennies et demie de recherche, la conclusion générale est que l’utilisation d’édulcorants artificiels en très grandes quantités (plus de 1,7 grammes par jour) est associée à un risque accru de cancer de la vessie chez l’homme (risque relatif de 1,3). Les apports journaliers sont de l’ordre de quelques milligrammes seulement pour les consommateurs. Les édulcorants récents (acésulfame-K, sucralose, alitame et néotame) ne sont pas sur le marché depuis assez longtemps pour déterminer s’ils provoquent ou non d’autres cancers ou d’autres problèmes de santé.


La Stévia : un édulcorant naturel, sûr et puissant.

A partir des feuilles d’un arbuste vivace trouvé au Paraguay et au Brésil vient une substance qui est 200 à 300 fois plus sucrée que le sucre de table. Cet édulcorant stable est essentiellement sans calorie, testé dans le temps et non toxique. Il peut donc être le meilleur choix si vous devez utiliser un substitut du sucre. La stévia et son ingrédient actif blanc pur, le stévioside, sont sans danger lorsqu’il est utilisé comme édulcorant et aucune réaction allergique n’a été rapportée. Ce substitut de sucre naturel a été utilisé pendant des siècles en Amérique du Sud et en Asie. Les gouvernements du Brésil, de la Corée et du Japon approuvent l’utilisation de feuilles de Stévia et d’extraits hautement raffinés comme édulcorants non caloriques.

Des études animales et humaines ont démontré des propriétés anti-hypertensives et antidiabétiques à la Stévia. Par exemple, dans une étude, les patients ont pris des capsules contenant 500 mg de poudre de stévioside ou un placebo 3 fois par jour pendant 2 ans. Après 2 ans, le groupe ayant reçu le stévioside a montré une diminution de la pression artérielle de 150/95 mmHg à 140/89 mmHg par rapport au groupe ayant reçu le placebo. Dans une autre étude, 1 gramme de stévioside par jour a réduit de 18% le taux de sucre des patients diabétiques de type 2.

stevia-74187_960_720

La Stévia est bon marché et facile à cultiver. Cet édulcorant est utilisé sous forme de feuilles séchées, d’extrait raffiné blanc ou de liquide. Aux États-Unis, la Stévia est vendu comme un «complément alimentaire», plutôt que comme un substitut du sucre pour des raisons législatives. La Stévia n’est pas approuvé par la FDA, ni par l’American Dietetic Association en tant qu’édulcorant non nutritif. Cette absence de soutien officiel a été attribuée aux pressions exercées par les industries du sucre et des édulcorants artificiels. L’American Dietetic Association reçoit son financement de nombreuses industries, y compris celles qui fabriquent des édulcorants artificiels et celles qui font des aliments à base de ces substituts de sucre.


Substituer le sucre avec de la vraie nourriture au lieu des substituts artificiels.

Les substances au goût sucré satisfont l’un de nos désirs les plus puissants et les plus séduisants. Les substituts de sucres sont censés offrir un moyen facile de contourner partiellement les dommages du vrai sucre tel que les caries, l’élévation de nos graisses sanguines (triglycérides) et l’engraissement de notre tour de taille, tout en nous permettant de profiter des plaisirs de cette saveur sucré. Cependant, ces produits chimiques ne répondent pas aux goûts et promettent une meilleure santé et une perte de poids. La bonne façon de faire face à notre désir inné de sucres est de les obtenir à partir d’aliments entiers tel que les entiers glucides naturels, les légumes et les fruits.

Un des gros problème avec le régime occidental est qu’il est déficient en sucres sains. Les gens mangent des assiettes de viande rouge, de volaille, de poisson et de fromage, sans être satisfaits. Puis, à la fin du repas, ils ont envie d’un dessert rempli de sucre, une bombe calorique de plaisir qu’ils trouve dans une tarte, une glace, un yaourt ou un gâteau. Cette récompense est une solution rapide pour un addict.

vegetables-2732589_960_720

Notre amour pour le sucre est inné, mais il est adaptable, nous pouvons apprendre en peu de temps à profiter d’aliments plus savoureux avec une douceur moins intense, éliminant ainsi notre besoin de recourir à des édulcorants artificiels. Essayez cette expérience: mangez pendant plusieurs jours des repas qui fournissent des sucres sains, comme ceux qui se trouvent dans la Starch Solution. Mon expérience et celle d’autres personnes qui ont suivi cette façon de manger, c’est qu’après avoir consommé une quantité abondante de ces sucres tout au long du repas, votre palais sera pleinement satisfait et  les desserts sucrés, ceux auxquels vous vous êtes sentis accro, perdront leur pouvoir sur vous.


Traduction et adaptation par Fit Malvi.

Sources et article d’origine du Docteur McDougall – Artificial Sweeteners Are Unnecessary and Unwise

Retrouvez-moi sur :

Youtube – https://www.youtube.com/user/lilmalvi/videos
Instagram – http://instagram.com/fit_malvi/
Facebook – https://www.facebook.com/fitmalvina
Tumblr – http://fitmalvi/.tumblr.com

Pour me contacter en priver, écrivez moi à cette adresse

fitmalvi.leblog@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s