Les gènes humains sont sensibles à l’alimentation

Les scientifiques pensaient qu’une fois l’information génétique fixée au moment de la fécondation, par conséquent, ce fait dépassait toutes influences extérieures. Nous savons aujourd’hui que c’est faux. Les bons gènes sont «activés» par un environnement sain, tout comme les «mauvais gènes» sont réduits au silence par un environnement sain. Concrètement, «un environnement sain» désigne un régime alimentaire basé sur un apport abondant de glucides naturels, de légumes et de fruits (en évitant les aliments et les huiles dérivés d’animaux). La biochimie impliquée est complexe, mais elle peut vous intéresser.

La génétique est l’étude de l’hérédité en général et des gènes (ADN) en particulier. Les changements dans les gènes ne se produisent que sur de longues périodes de temps (mesurés en dizaines de milliers d’années) par l’évolution, alors que l’expression de l’information stockée dans nos gènes change rapidement et s’effectue par des pressions extérieures. L’épigénétique est l’étude de ces adaptations en temps opportun. (Le préfixe grec « épi » du mot «épigénétique» désigne les changements biologiques qui se produisent «en priorité» ou «en addition» de ceux que nous avons définis par notre ensemble de gènes de base que nous héritons de nos parents).

dna-1811955_960_720


Lecture du code génétique

La forme la plus fondamentale de l’épigénétique explique notre développement. La vie commence par l’information génétique du père (spermatozoïdes) et la mère (l’ovule) se joignant pour former un ovule fécondé ; ainsi, le code génétique de base d’une personne est établi. Dans cette cellule unique, vous trouverez toutes les informations requises pour développer toutes les parties d’un bébé, y compris des cheveux parfaitement formés, un nez, des lèvres, un cœur et deux jambes. Pour accomplir cette différenciation remarquable pendant le développement de l’embryon, des segments spécifiques du code génétique (ADN) deviennent actifs ou restent silencieux à des moments spécifiques dans des cellules spécifiques. Pour qu’un nez se développe sur le visage d’un enfant, les «gènes du nez» dans quelques cellules embryonnaires doivent être allumés alors que des gènes indépendants sont éteints. Savoir exactement, comment ces événements, précisément orchestrés, se produisent est encore un mystère pour la science.

La façon dont les différents gènes sont exprimés est également le résultat de changements dans notre environnement. Cette plasticité de notre matériel génétique a été clairement démontrée par des «études jumelles». Les jumeaux identiques commencent leur vie comme un seul ovule fécondé qui se divise en deux avec des gènes identiques dans chaque partie. Si l’expression de notre code génétique était fixée, les jumeaux identiques resteraient identiques tout au long de leur vie. Ils se développeraient de la même façon et continueraient à avoir les mêmes problèmes de santé. Cependant, ce n’est pas ce qui est observé. De plus, au fur et à mesure que les jumeaux vieillissent, leur ADN devient plus différent. Les différences sont encore plus évidentes lorsque les jumeaux sont élevés dans des environnements vraiment différents (cela se produit lorsqu’ils sont séparés après la naissance, par exemple).

bebe-69675_960_720


Les modifications épigénétiques induites par l’alimentation sont également héritées.

Les changements épigénétiques qui apparaissent dans les spermatozoïdes ou les ovules avant la fécondation peuvent être transférés aux générations suivantes. Par exemple, les effets de la famine sévère qui a eu lieu dans les Pays-Bas occupés par les Allemands pendant la famine hollandaise de la Seconde Guerre mondiale (1944-1945) ont ensuite été observés dans les générations suivantes d’enfants néerlandais. Les changements épigénétiques qui ont permis à une mère enceinte de survivre à 580 calories par jour pendant six mois sont apparus chez eux. Essentiellement, les «gènes économes» ont été activés chez le fœtus en vue de la survie pendant les périodes très difficiles. Malheureusement, cette efficacité accrue s’est révélée préjudiciable car, après la Seconde Guerre mondiale, sont arrivés les temps d’abondance alimentaire en Europe de l’Ouest, avec une profusion de viande, de produits laitiers, de gâteaux et de biscuits.

Les filles nées de mères affamées pendant la famine hollandaise ont eu des risques encore plus élevés de maladies généralement causées par une suralimentation. Elles avaient plus du double du risque de cancer du sein, plus d’hypertension et plus de risque de développer une maladie cardiaque trois ans plus tôt que les filles nées de mères bien nourries pendant la grossesse. Conformément aux adaptations faites pour survivre dans un monde de pénurie alimentaire, les filles nées de mères « affamées » se sont révélées plus reproductibles que les filles nées de mères bien nourries. La reproduction prolifique favorise la survie de l’espèce.

slums-2635238_960_720

Un autre exemple des influences de la pénurie de nourriture sur les changements épigénétiques est fourni par l’étude de plusieurs générations de personnes de Overkalix, en Suède. Les enregistrements montrent que, pendant les années 1800, 1812, 1821, 1836 et 1856, il y a eu une rupture totale des cultures, suivie de souffrances extrêmes. Cependant, 1801, 1822, 1828, 1844 et 1863 étaient des années d’abondance alimentaire. Il n’est pas surprenant que les hommes suédois exposés pendant la préadolescence aux périodes de famine étaient moins susceptibles de mourir de maladies cardiovasculaires. Ce qui a été surprenant, c’est que des avantages similaires ont été répercutés sur les prochaines générations. Les petits fils (descendants d’hommes ayant connu la famine ) étaient à un quart du risque de développer un diabète de type 2 et sont morts en moyenne six ans plus tard dans la vie que les petits-fils de pères bien nourris pendant un même temps de vie.

Ces différences dans la santé des descendants des famines néerlandaises et suédoises peuvent sembler contradictoires : les mères enceintes pendant les temps maigres ont transmis des changements épigénétiques qui ont causé préjudice à leurs filles en période d’abondance, alors que les pères ont transmis des changements qui semblaient aider leurs petits-fils, tant bien même que leurs progénitures aient également mangé un régime riche. Les deux observations indiquent que des changements soudains dans l’environnement (la disponibilité et le type de nourriture) peuvent entraîner des changements rapides dans les expressions des gènes qui sont rappelés et transmis aux générations suivantes.

market-2569089_960_720


L’épigénétique en période d’abondance alimentaire.

Nous vivons maintenant dans un monde où les maladies causées par la suralimentation sont beaucoup plus fréquentes que les maladies liées à la sous alimentation (famine). Sur la base des observations de la sous alimentation, nous pouvons nous attendre à ce que nos corps produisent efficacement des changements épigénétiques qui amélioreront la race humaine. Les gènes sont activés pour faire face à des excès de matières grasses, de protéines, de cholestérol et de produits chimiques environnementaux; tous à des niveaux jamais rencontrés par les populations passées. Bien que les changements épigénétiques puissent compromettre l’impact de toute cette toxicité, ils ne peuvent pas compenser complètement. Et comme précédemment, ces adaptations seront transmises aux générations suivantes avec des résultats inconnus à leur santé.

Heureusement, les modifications apportées à l’expression des gènes causées par une suralimentation sont maintenant réversibles. Les études sur les personnes et les animaux de laboratoire ont identifié de nombreux produits chimiques trouvés dans les aliments qui se traduisent par des expressions de gènes utiles et nuisibles. Il n’est pas surprenant que les plantes produisent des produits chimiques bénéfiques. Par exemple, le folate des aliments végétaux provoque des changements épigénétiques favorables. Pour un avantage maximal et un risque minimal, ce produit chimique naturel doit être consommé dans sa forme non transformé, comme dans les haricots secs ou une banane et non pas dans une pilule.

tomato-2776784_960_720

La carence en folate provoque des anomalies congénitales (défauts du tube neural), de sorte que la solution évidente serait d’enrichir le régime d’une femme enceinte avec des aliments végétaux c’est à dire la source naturelle d’acide folique. Au lieu de cela, on a dit aux femmes de prendre des pilules d’acide folique avant la grossesse, et l’approvisionnement alimentaire dans de nombreux pays a été complété (l’acide folique est ajouté aux farines et aux produits céréaliers). L’acide folique fourni de cette manière, en tant que nutriment concentré isolé, entraîne moins de malformations congénitales, mais n’offre aucune protection supplémentaire contre le risque de décès, de cancer et de maladie cardiaque pour la population en général.

Les produits et sous produits animaux, tels que la viande, la volaille, le fromage, le lait et les œufs, sont bien reconnus comme étant la cause principale de l’obésité, des maladies cardiaques et des cancers communs chez les personnes qui suivent un régime occidental. La choline, un produit chimique trouvé en forte concentration dans les produits  et sous produits animaux, a des effets profonds sur l’expression des gènes et est considérée comme un facteur important dans nos maladies modernes.

Enfin, les régimes à restriction calorique ont montré des changements épigénétiques associés à la perte de poids et à un risque réduit de développer un diabète, des maladies cardiaques et des cancers. Outre la famine involontaire (comme on l’a vu avec les Danois et les Suédois), la façon naturelle, la plus rassasiante mais aussi la plus bénéfique pour notre santé de restreindre les calories, est de remplacer les viandes, les produits laitiers et les huiles alimentaires par des glucides naturels (comme les légumineuses, le maïs, les pommes de terre, le riz, etc.), avec des légumes et des fruits.

sweet-potatoes-1310287_960_720

La science de l’épigénétique est nouvelle et les interactions entre notre environnement et nos gènes sont complexes. Mais nous en savons assez sur l’épigénétique pour endiguer la tendance à la hausse de l’obésité, des maladies cardiaques et des cancers pour les personnes vivant dans les sociétés occidentales dès maintenant et à l’avenir. Une alimentation adéquate (avec des aliments favorables à notre santé) fera ressortir le meilleur de nos gènes. De toute l’histoire humaine vérifiable, le fait que la grande majorité des population de personnes aient survécu avec succès à des régimes riche en aliments végétaux (plus exactement, basé sur des glucides naturels) devrait constituer des preuves suffisantes pour que nous puissions faire les bons choix alimentaires d’aujourd’hui.


Traduction et adaptation par Fit Malvi.

Texte original du Docteur McDougall – Human Genes are Turned On and Off by Diet

Retrouvez-moi sur :

Youtube – https://www.youtube.com/user/lilmalvi/videos
Instagram – http://instagram.com/fit_malvi/
Facebook – https://www.facebook.com/fitmalvina
Tumblr – http://fitmalvi/.tumblr.com

Pour me contacter en priver, écrivez moi à cette adresse

fitmalvi.leblog@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s