Le poids des émotions.

Avez-vous vraiment envie de perdre du poids ? Êtes-vous réellement prêt à changer ?

Si je vous pose ces questions c’est tout simplement car tout n’a pas été très évident pour moi ces derniers temps et j’ai dû me poser et me reposer ces questions pour pouvoir avancer.

Comme vous le savez j’ai déjà perdu pas mal de poids et jusqu’à présent j’ai toujours su me relever quand je me cassais la figure.

Je suis encore loin de mes objectifs personnels mais j’ai toujours cru en moi, je me suis battue en conséquence, peu importe que les gens croient en moi ou pas, cela n’a jamais eu d’importance à mes yeux.

Cette bataille contre moi-même, c’est moi qui l’ai lancée et je compte bien la gagner. Sauf que ces derniers temps rien ne va, la routine me fatigue, l’énergie n’est plus au rendez-vous, et ma confiance en moi caresse le sol… en d’autre termes c’est l’enfer.

Émotionnellement je suis très instable et très à fleur de peau, j’ai beaucoup pleuré ces derniers jours, j’ai horreur de ça , de me sentir si faible et vulnérable cela m’agace au plus haut point.

Pourquoi maintenant alors que tout vas bien ? Rien n’a changer dans ma vie, mon homme est là près de moi et je n’en demande pas plus. Ce qui se passe est profond et m’en a fait perdre l’appétit , le sourire et le sens des priorités. J’ai clairement mis le sport et un peu l’alimentation de coté ces deux dernières semaines. J’ai fini par comprendre il y a peu ce qui se passait sous ma carapace pour ressentir autant de souffrances sans raisons.

Je vais bientôt passer sous le seuil des 70 kilos, je jongle entre 69 et 70kg ces derniers mois. Il y a douze ans je pesais le même poids et j’étais avec un homme qui m’était infidèle. J’en ai beaucoup souffert, je me suis toujours dit que si il le faisait c’est que je n’était pas assez bien tout simplement alors j’ai commencé à me trouver «trop grosse», «trop moche», «trop fainéante», pas assez si et pas assez cela. Une période très éprouvante pour une femme, qui laisse des séquelles émotionnelles même des années après.

J’avais oublié cette souffrance, enfin je pensais. Aujourd’hui elle revient sans crier gare, et je me la mange en pleine face. J’ai peur, oui peur, de me sentir minable, peur que mon homme ne me trouve plus assez bien, peur de revenir à ce poids, peur que ma vie actuelle  soit changée, alors qu’il n’y a aucune raison que cela arrive !

Mon homme m’aime, il est merveilleux et sans lui je n’aurai pas accompli un si long chemin dans mon parcours santé, il m’est indispensable à mon bonheur.

Ce traumatisme m’empêche d’avancer depuis deux semaines et je bataille très dur pour sortir la tête de l’eau, c’est loin d’être évident car je ne l’ai vraiment pas vu arriver. Je me bat contre mes émotions.

En étant sans cesse en guerre on finit par craquer et par réagir de manière psychosomatique, en mangeant.

Faire la paix, c’est prendre conscience de soi, avec ses bons et mauvais côtés. C’est accepter la personne que l’on veut être sans avoir peur. C’est ainsi que l’on régule ses émotions, et évite leur impact sur les aliments. Mais cela ne veut pas non plus dire qu’il ne faut pas d’agressivité : nous avons le droit d’en vouloir à une personne qui nous a fait souffrir.

Ce combat est purement psychologique encore une fois, mais ce n’est pas le premier caillou de ce genre sur ma route et ce ne sera sûrement pas le dernier. Mais qu’il en soit ainsi, je veux changer, et je suis prête à le faire donc je continuerai d’avancer quoiqu’il advienne.

 Je voulais écrire cet article pour vous dire que vous n’êtes pas seul face à ce genre de « blocage mental », Bien des personnes qui commencent un régime tentent de faire abstraction de leurs difficultés psychologiques et relationnelles pour se concentrer sur la perte de poids. Elles remettent à plus tard les affrontements et remises en question. Tout sera plus facile, pensent-elles, quand elles auront maigri. Il n’en est rien. Devenir mince ne consiste pas seulement à perdre des kilos, cela nécessite des transformations plus complexes en soi que la simple perte de poids.

Il faut verbaliser ces émotions et ces peurs, s’en libérer et remonter jusqu’à la source inconsciente du mal-être. Au final, on apprend à apprivoiser et à supporter ses effets sans les gérer via les aliments, à mettre à distance des blessures passées, à s’affirmer dans son corps et dans sa vie, à se témoigner de la bienveillance, et à restaurer l’estime de soi.

Parlez de vos sentiments, ne laissez jamais un mal être stopper votre désir de changer. Évacuez cette émotion négative et croyez en vous 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Le poids des émotions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s